navigation

7 ans plus tard 20 mars, 2016

Posté par yoodoo dans : Projet , ajouter un commentaire
Back from ashes

Back from ashes

Recommencer à écrire car on en ressent le besoin, l’irrépressible envie. Redonner vie à un fantôme, un instantané de vérité oscillant entre le monde réel et les mondes de l’intérieur. L’idée de dépoussiérer ses souvenirs et de redevenir cette personne qui actualise un blog comme on fait sécher des fleurs. Je prévois ainsi de présenter une collection de mes photographies regroupées par thème et accompagnées d’une histoire, d’une mise en relation avec le thème. On reste dans le conventionnel sur la forme mais on essaie de s’en détacher le plus possible en trouvant des ponts entre les idées, ces derniers étant mis en valeur par des procédés de prise de vue argentique différents. On lâche rien, je garde volontairement les mêmes rubriques et design, une façon de réécrire le passé et de s’acoquiner avec sa jeunesse.

J’espère que vous allez bien,

PROJET I 2 octobre, 2008

Posté par yoodoo dans : (B)Reves,Projet , 3 commentaires

Oxyma

« -Dans un instant, assistez à la passionante histoire de Jérémie K. et Ivette B, deux individus comme vous et moi dont l’enfance fut boulversée par des parents abusifs, alcooliques et violent. Et c’est tout de suite après ceci ! « 

L’homme de la télévision avait accompagné sa dernière phrase par un clin d’oeil à faire gousser de plaisir la ménagère de plus de 45 ans. Les annonces télévisuelles commencèrent ensuite à emplir la pièce d’une ambiance capitaliste.

- »L’air de la ville vous pèse ? Vous vous sentez balloné et fatigué ? Prenez donc une bouffée d’air pur ! Grâce à Oxyma, un concentré d’oxygène actif préssurisé dans une bouteille au format malin. Oxyma, votre nouveau réflexe fraicheur qui ne manque pas d’…« 

Alors que le poste, seule source de lumière de l’appartement, inondait le grand salon d’une avalanche de couleurs artificielles, il se leva et se dirigea vers une large baie vitrée situé à l’angle opposé. Les quelques bouts de ciel qui se frayaient un chemin à travers le cercle urbain qu’offrait la baie ressemblaient plus à une bouillie improbable de nuances délavées qu’à un véritable paysage estival. On s’y habitue. Ca faisait plus de deux ans maintenant que le soleil n’avait pas réchauffé le béton armé de quelques rayons providentiels. En face de lui, des bâtiments et autres gratte-ciels s’élevaient tous plus hauts les uns que les autres dans une course effrénée contre nature. Depuis sa baie vitrée, il pouvait apercevoir plus d’une centaine de fenêtres (cent quarante huit pour être exact, il les avait compté un matin, à travers quelques volutes de caféine) qui rassemblaient pêle-mêle familles, employés ou scientifiques dans une prison chauffé au gaz et à double-vitrage. Bien qu’il fut, depuis sa baie, le témoin de beaucoup de ces brèves de vie, tous ces reflets vivants le renvoyait inéluctablement à sa propre réalité. Il était entouré d’individus comme lui mais ne connaissait pas le traitre mot de leur histoire, si ils en avaient une.

Après ces quelques minutes de contemplations embrumées, il pressa un interrupteur à l’extrémité sud de la baie en ajustant ses lunettes noires.

JBC - peinture, illustratio... |
elisheba |
Les dessins de Marie la Fou... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kkaz
| noemieladanseuse
| L'expo virtuelle des Espace...